La grotte

Je me souviens que tu voulais que je soulève ta robe jaune. La musique s’était tue dans cette petite ville de la page 3. Tu fantasmais sur mon poireau adolescent sans oser te l’avouer. Et moi, je préférais ta sœur jumelle, Edith. Parce que toi, t’es folle. Tu aimes le cyclisme et Marco Pantani. On peut pas aimer un maillot rose, c’est louche. T’es qu’une connasse de merde, perdue dans le labyrinthe de tes cicatrices. Jamais tu m’emmèneras dans la grotte sale par laquelle ta maman t’a vomie. Je me souviens d’une grande chaleur la première fois que je t’ai vue avec ta robe jaune. Je me déteste. Je me déteste parce que je t’aime.
Email this to someoneTweet about this on TwitterPrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A propos de l'auteur :

a publié 19 articles aux ateliers de l'heure bleue.