J’ai cessé de rêver

J’ai cessé de rêver depuis plusieurs mois
7 exactement. 7 mois que le matin, quand j’ouvre un œil épaissi par le noir de la nuit, puis l’autre, irrésistiblement tendu vers le plafond, un désert de glace s’étend devant moi, à l’infini.
Les premiers moments de la journée à vivre s’imposent tels des blocs de tâches à accomplir sans qu’aucune image colorée ne vienne s’y projeter.
Pas paysage.
Pas de musique.
Pas de silence entre les lignes.
Pas de mots non plus.
Il faut, je vais, il n’y a qu’à
Pas de rencontre, pas d’imprévu
Pas de chaleurs interdites, pas de caresses ni de baisers volés.
Pas de courses poursuites à travers des labyrinthes de feuilles mortes, pas de pluie verglaçante qui se transformerait en barreaux de prison ou en sonate d’automne.
Rien qui s’effrite, qui s’effeuille, qui s’enfle, se renifle, se ferme, se foule, se floute.
Pas de contrée insolite, de rencontre fortuite.
Pas les pas du docteur Muller dans le couloir, pas de dent qui tombe ou qui pousse derrière la nuque, pas de vol plané, de tendon recollé, pas de décollage, pas d’envol du tout.
Depuis 7 mois je dors d’un sommeil de plomb.
Plombée. Terrassée par cette phrase assassine « Madame, ça ne va pas être facile »
Qu’est-ce que tu veux dire connasse ?
Parce que tu vas me faire croire qu’il y en a pour qui c’est facile peut-être ?
Je les ai rencontrées ; qu’est ce que tu crois, que j’ai pas vu, que j’ai pas fait, que je suis restée là à végéter ? J’ai vu qu’elles font tout bien tout propre, yoga, régime sans sel et sans laitage, dialogue, respiration, préparation, mais qu’est-ce qui te dit que ce sera facile hein ?
Alors que moi, depuis 7 mois je sais.
Plus de rêves, plus de coton, du concret, du lourd, du labeur, du sacrifice.
Depuis 7 mois les matins s’étirent au rythme des nuits qui s’allongent, je dors, je m’apprête. Qu’on le déclenche cet accouchement !
Qu’on le fasse naître mon enfant mal fichu, mal parti, mal formé de la tête jusqu’aux pieds, j’ai mille ans et je suis prête.
Email this to someoneTweet about this on TwitterPrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A propos de l'auteur :

a publié 18 articles aux ateliers de l'heure bleue.