Mise en plume par AC

Je suis ici parce que, la vie m’y mène aujourd’hui. Je ne suis plus une souris grise, je ne me cache plus derrière les volets et les portes entrouvertes. J’ai toujours rêvé de porter des chaussures rouges, une souris ne porte pas de chaussures rouges, enfin dans ma logique, elle n’en porte pas. Déterminée je monte les escaliers, j’accélère le pas, le nuage gris ne m’effraie pas, j’arrive….

J’aimerais que les autres, ne trichent pas non plus. Alfred le premier, j’imagine déjà sa colère, sa rage et son visage rouge. La vérité entre les mains, il dicte sa loi sur moi au mauvais endroit. Que Lucie ne me coupe pas la parole, sinon je suis prête à lui arracher la langue, sa belle langue de pute.

Je voudrais écrire comme le vent, avec un do, un sol puis un fa dièse. Prendre le temps, choisir la matière, caresser le papier, le sentir, et le froisser si il faut. La délicatesse, je lui dois bien cela, de la gratitude aussi. vivre comme un automate toutes ces années, faire pour plaire, dire oui et penser le contraire. Je voudrais lui écrire ce soir, qu’il reçoive la lettre demain. Ne plus expliquer les pourquoi des comment, et vivre, ne plus avoir mal à la tête, ne plus sentir les clous me percer l’âme.

Email this to someoneTweet about this on TwitterPrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A propos de l'auteur :

a publié 19 articles aux ateliers de l'heure bleue.