Mise en plume par Guillaume

J’aimerais que les autres ne trichent pas non plus. J’en ai plein le dos de ces gens qui trichent ! Je suis entouré de tricheurs, et ils me fatiguent. Toujours à vouloir la ramener, se faire plus qu’ils ne sont, ou différents. Moi, je ne triche pas, jamais. Je suis un pur. Et jamais je n’ai triché. Et ça me fatigue. J’en ai plein le dos, de ne pas tricher. J’aimerais savoir la ramener, me faire plus, ou différent. Ne pas être pur. Je veux tricher ! Je vais tricher !

Je suis ici parce que j’aurais du mal à vivre sans. Je ne saurais plus faire sans. J’ai besoin de ces moments avec moi-même, où je me laisse aller à rêver… à construire mon monde imaginaire. Ces moments de dialogue avec mon écran blanc, qui me taquine un peu les yeux – tiens, il est trop lumineux, je le baisse un peu – où enfin je peux me laisser aller à tricher.

Je voudrais écrire comme le vent : il passe, fluide et souple, sans laisser de traces le plus souvent, et parfois il balaie tout. Il caresse, ou il ne laisse rien. Je voudrais écrire comme cette force primale qui se laisse vivre sans souci de ce qu’elle fait. Elle vit, tout simplement. Même quand elle triche.

Email this to someoneTweet about this on TwitterPrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A propos de l'auteur :

a publié 4 articles aux ateliers de l'heure bleue.