Fille DisPuta

Ici plus rien n’aimer de soi
De la porte belle trace la clé,
Lorsque donner ce qu’on a pas,
Trouble les astres et les lignées.
Un drap froissé de paroles tues,
Erreurs solaires d’étés glaçants,
Pas de vague tourbe qui ne tue
Les rats malades du moi parent.
Figuier, à ta santé nous avons bu,
A ta naissance, une ombre crue,
Signée today d’encre cynique.
Ici les oh ! chassent les hics.

11 août 2017
Email this to someoneTweet about this on TwitterPrint this page

One thought on “Fille DisPuta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A propos de l'auteur :

a publié 19 articles aux ateliers de l'heure bleue.