Burrata Tagada

à partir de mots glanés dans la rue lors d’une promenade de 10 minutes juste avant un des ateliers, écrivez un poème.


Un soir de burrata méchante

Le résultat de deux heures trente

A picoler vodka cul sec

Entre deux spasmes, entre deux hips

Il dit son nom, son Nomélec

Et moi je sus qu’il serait mien

 

Qu’il était beau, mon Nomélec

Mon p’tit giton, ce con de mec

Le bien nommé, le Nomélec

Mais l’excitant ça n’est pas ça

 

Enfermés dans la Locabane

Toilettes sèches rue des trois frères

On s’est total Veneziano,

On s’est Tagada, bien Manekineko

J’étais tellement bourré

Que je m’ souviens plus trop…

 

Qu’il était cul, le Nomélec

Son petit Nomélec-trisait

Mon nomimi, mon Lecmélec

En vérité Adramélech !

 

Un soir au pieu après le feu

Juste après les minutes blanches

Il m’a parlé de sa vie triste

Gamin Issu d’un père Amor

Grand fusillé récidiviste

Sorti gluant de mère Angoisse

Une harpie goulue de chips

 

Qu’il était sale, ce Nomélec

Ce p’tit connard, ce p’tit vaurien

Ce chien d’la casse avec un N

Un chien d’la N comme majuscule

 

Que j’étais bien, que j’étais las

A vomir tous mes Tagada

Tous mes pétards tous mes zonards

Tous mes virus mes Syphilis

Mon Lecméno, mon Nomélec

Ma burrata, mes locabanes

Mes fusillés goulus de chips

Mes Manekineko parfaits

Mes Paranos récidivistes

Amor, amor !

Email this to someoneTweet about this on TwitterPrint this page

One thought on “Burrata Tagada

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

A propos de l'auteur :

a publié 22 articles aux ateliers de l'heure bleue.